Pièce d’eau des Suisses à Versailles - 14 novembre 2021

Sortie mycologique à la Pièce d’eau des Suisses à Versailles

par Frédéric Della Giusta

Voici la plus belle sortie mycologique de l’année, et je pèse mes mots. Rien, absolument rien n’égale la grâce des hygrophores. Je leur avais d’ailleurs consacré un article entier l’an dernier, que je vais pouvoir retoucher cette hiver pour ajouter quatre nouvelles espèces, trouvées principalement dans le parc du Château de Marly. Que serions-nous, hygrophoriquement parlant, sans les demeures du Roi Soleil et leurs grandes pelouses ? Je vous le demande...

Le temps est bien gris en ce dimanche matin, cependant la couverture nuageuse a cet avantage qu’elle conserve la chaleur. L’air est certes humide, mais il fait 8 degrés, autant dire presque chaud pour une mi-Novembre. En tous cas, je me souviens que l’an dernier et deux ans auparavant, à la même époque au même endroit, les oreilles et le nez gelaient, prêts à tomber sous les assauts du vent glacial...
Une petite dizaine de mycologues aguerris ou en herbe (comme les pelouses de la Pièce d’eau des Suisses) ont donc eu le courage de se lever aux aurores pour admirer le clou du spectacle mycologique de l’année.

Sans attendre, et car les mots sont superflus devant tant de beauté, faisons silence et admirons cet Hygrocybe coccinea, l’hygrophore écarlate.

Hygrocybe coccinea - Hygrophore écarlate, Hygrophore cochenille

L’air nous manque de même que les mots... Nous restons ébahis, médusés, interdits devant ce bouquet ou le rouge se mêle au jaune pour un feu d’artifice qu’on attend certes des plus belles fleurs, telles les roses, mais probablement pas d’un champignon. On le mitraille de photos, on le renifle à tout hasard des fois qu’il sente, on en prélève un pour vérifier son lignage car on se demande un instant s’il pourrait s’agir d’hygrocybe splendidissima tant cette touffe est splendide.

Le second grand classique de cette sortie, qui égal le précédent mais pour d’autres raison, est Cuphophyllus russocoriaceus , l’Hygrophore à odeur de cuir de Russie. il n’est pas très beau, c’est vrai, mais son parfum vaut bien les fragrances des plus grands parfumeurs parisiens. C’est dire s’il sent bon ; un parfum féminin, subtil et fort à la fois, qui envahit les narines d’un plaisir indéfinissable... Un peu comme de l’huile de cèdre, mais pas vraiment, et en tous cas d’une rare poésie. Il faut le sentir pour le croire. Et même après l’avoir senti et ressenti, je n’y crois toujours pas.

Cuphophyllus russocoriaceus - Hygrocybe à odeur de cuir de Russie

On aura également répertorié dans ses immenses pelouses quelques autres hygrophores : Gliophorus psittacinus , l’Hygrophore perroquet, vert comme l’herbe, donc terriblement difficile à trouver. Par bonheur, les exemplaires dénichés ce matin se trouvaient juste à coté d’un joli bouquet de Cuphophyllus virgineus (Hygrophore blanc de neige), inratable au milieu de l’herbe verte. Et pour finir, trois minuscules exemplaires d’ Hygrocybe insipida , au chapeau orange d’à peine 6 mm de diamètre. Décidément, il faut avoir l’oeil pour profiter du spectacle.

Le reste de la sortie est consacré à un tout autre milieu. Nous quittons en effet la prairie pour rejoindre le sous-bois environnant. La cueillette en cet endroit est plus classique, et après tant de splendeur, on se demanderait presque ce qu’on fait là. Ceci dit, Dame nature n’est jamais avare de surprises. Une fois dépassé un rond quasi parfait de Clitocybes nebularis (Clitocybe nébuleux), on découvre une petite lépiote à chapeau verdâtre, Lepiota grangei . Et alors ? me direz-vous. Eh bien d’abord, c’est très beau, et ensuite, c’est plutôt rare. On en compte à peine 6 cueillettes à l’inventaire de l’ANY sur les 50 dernières années.

La cueillette au final est plutôt modeste en quantité, avec 42 espèces (voir la liste des espèces observées), mais la qualité, je le redis, dépasse de loin celle de toute les autres sorties. Si.

Avant de nous quitter, un cadeau bonus : quelques Hygrocybe coccinea var. umbonata (Hygrophore écarlate variété mamelonnée), trouvé ce jeudi 18 Novembre à Boisemont (95). Quelle splendeur !

Hygrocybe coccinea var umbonata - Hygrophore écarlate variété mamelonnée

Photos Frédéric Della Giusta et Etienne Varney

info portfolio

Pièce d'eau des Suisses - Statue équestre de Louis XIV Bolbitius vitellinus, syn. B. titubans - Bolbitie jaune d'oeuf Clitocybe nebularis - Clitocybe nébuleux Coprinus atramentarius - Coprin noir d'encre Coprinus comatus - Coprin chevelu Cuphophyllus russocoriaceus - Hygrocybe à odeur de cuir de Russie Cuphophyllus virgineus fo roseipes - Hygrocybe blanc de neige, forme à pied (...) Cuphophyllus virgineus var ochraceopallidus - Hygrocybe blanc de neige, (...) Cuphophyllus virgineus - Hygrocybe blanc de neige Etienne et Emmanuel à la chasse Galerina graminea - Galère lisse Hemimycena ignobilis Hygrocybe coccinea - Hygrophore écarlate, Hygrophore cochenille Hygrocybe coccinea - Hygrophore écarlate, Hygrophore cochenille Hygrocybe insipida Hygrocybe psitticina syn. Gliophorus psittacinus - Hygrophore (...) Hygrocybe psitticina syn. Gliophorus psittacinus - Hygrophore (...) Lepiota grangei - Lépiote à squames olivacées Lepista panaeola, syn. Lepista luscina - Argouane des prés Macrolepiota konradii - Lépiote de Konrad Merulius tremellosus, syn. Phlebia tremellosa - Mérule tremblante Mycena aetites - Mycène gris-brun Psathyrella conopilus, syn. Parasola conopilus - Psathyrelle (...) Allée des peupliers Le bassin Pelouse et mycologues Stereum subtomentosum Cuphophyllus russocoriaceus - Hygrocybe à odeur de cuir de Russie Bolbitius vitellinus, syn. B. titubans - Bolbitie jaune d'oeuf

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP
Informations légales : Toutes les images et tous les textes présents sur ce site Web ne peuvent être dupliqués ou utilisés sans l'autorisation de l'Association des Naturalistes des Yvelines. contact@any78.org