Champignons d’Aout 2021

Hydnellum fagiscabrosum (Sarcodon scabrosus) et Sarcodon imbricatus du Jura

par Frédéric Della Giusta

Hydnellum fagiscabrosum (Sarcodon scabrosus)

La forêt de Marly n’est jamais avare en surprise, et ne cesse d’étonner qui prend le temps de la parcourir et de l’observer. Il ne faut pas économiser son temps et ses efforts, c’est évident. Mais quelle émotion quand on rencontre une espèce rare ! Et rare, ce Sarcodon trouvé ce vendredi 06 Aout 2021 près de Fourqueux au Nord de la D98 entre l’Etoile Magnifique et l’Etoile de la Salle Verte, l’est assurément.
Il s’agit de Sarcodon scabrosus, élu pour l’occasion Champignon d’Aout 2021 !

Comme à mon habitude, je commencerai pas un peu d’étymologie :

  • Sarcodon vient du grec sarkos, génitif singulier de sarx signifiant "chair", et de odontos, génitif singulier de odous signifiant "dent" : avec des dents et charnu.
  • scabrosus est un adjectif d’origine latine, de scaber signifiant "rude, raboteux, hérissé" et du suffixe -osus soulignant l’abondance ou l’intensité, signifiant donc "plein de" (mais aussi "semblable à", mais ce n’est pas ce sens qu’il faut retenir ici).

Avant de poursuivre avec la description du champignon, quelques mots sur de récents travaux de génétique qui apportent quelques évolutions taxonomiques importantes à noter. Ce champignon à été transféré depuis 2019 au genre Hydnellum, ce qui fait de lui désormais Hydnellum scabrosum (Fries) E. Larsson (2019).
Des travaux encore plus récent, publiés le 1er Juin 2021, indiquent qu’il faille réserver le nom Hydnellum scabrosum à l’espèce poussant sous conifères dont la forêt de Marly est quasiment complètement dépourvue. Une espèce a été nouvellement créée pour cet hydnellum poussant sous chênes, hêtres et châtaigniers : il s’agit de Hydnellum fagiscabrosum, -fagi étant dérivé de fagaceae, famille qui comprend justement chênes, hêtres et châtaigniers.
Notre champignon doit donc être nommé dorénavant Hydnellum fagiscabrosum. Cependant, comme tous les guides mycologiques à date le nomment encore Sarcodon scabrosus, nous laisserons ce nom dans cet article en guise de "nom original" (il doit exister un terme consacré ou plus académique, mais avec "nom original", on comprend bien de quoi il s’agit).

Le point étant fait sur son (ses) nom(s), passons aux photographies, avec pour commencer, une vue de dessus, laissant apparaitre les squames brun-foncé recouvrant la surface du chapeau.

Sarcodon scabrosus

La vue de dessous dévoile ce qui fait appartenir ce champignon aux hydnoïdes, à savoir des aiguillons, comme le célèbre pied-de-mouton (Hydnum repandum).
Sarcodon scabrosus

La vue en coupe montre très bien une caractéristique notable qui aide à l’identification, à savoir la base bleu-vert du pied.
Sarcodon scabrosus

Passons maintenant à la description :

Chapeau
Chapeau gris brun à brun rougeâtre, convexe à aplati, avec des squames plus foncées, concentriques et de plus en plus hérissées vers le centre. Diamètre de 4 à 13 cm.

Pied
Cylindrique, ventru à conique, bleu-vert à la base, recouvert de fines squames brunes.

Aiguillons
Les aiguillons sont gris-rose, devenant brun-rougeâtre avec l’âge excepté leur sommet qui reste blanchâtre. Ils mesurent jusqu’à 10 mm.

Odeur
Farineuse.

Spores
Brunâtres, subglobuleuses (presque sphériques), couvertes de verrues arrondies. Taille des spores : 6-7.5x3.5-5 µm.

Habitat
Forêt de feuillus, sous fagacées (hêtre, chêne, châtaignier).

Comestibilité
Non comestible car très amère.

Sarcodon imbricatus

On profite de cette publication pour présenter quelques photos de Sarcodon imbricatus, cueillis dans le Jura ce 15 Aout 2021, sous sapins. Il s’agit d’un cousin pas très éloigné de notre Hydnellum fagiscabrosum de Marly. Il est cependant bien plus grand, pouvant atteindre 30 cm de diamètre, n’a pas le bas du pied bleu-vert, et est moins amère, ce qui le rend comestible. Il est consommé conservé au vinaigre façon pickle, servi avec la raclette en Suisse en lieu et place des cornichons. On peut le consommer également séché ou réduit en poudre comme condiment. Voici une recette glanée sur internet qui donne l’eau à la bouche !

Il est donné dans la littérature comme poussant quasi exclusivement sous épicéas, mais on le trouve bien sous les sapins.

On remarquera, comme souvent avec les champignons, la différence d’aspect déroutante même pour le mycologue averti, entre les exemplaires juvéniles (clairs et petits), les exemplaires matures (plus sombre et de belle taille, le panier en témoigne), et les exemplaires défraichis (très sombre, les squames ayant presque toutes disparu sauf celles du centre qui s’est creusé en entonnoir pour rejoindre le pied devenu creux).

Sarcodon imbricatus juvénile
Sarcodon imbricatus juvénile vu de dessous
Sarcodon imbricatus mature
Sarcodon imbricatus défraichi, ayant perdu ses squames
Sarcodon imbricatus défraichi, aux aiguillons ayant viré au gris-brun

Références

  • BREITENBACH J., KRÄNZLIN F., 1986 - Champignons de Suisse, Tome 2, pp 234 et 235.
  • LAESSOE T., PETERSEN J.H., 2020 - Les Champignons d’Europe tempérée - Ed. Biotope, Tome 2 p 1069.
  • MONTEGUT J., 1992 - L’encyclopédie analytique des champignons - éditions SECN - Vol 1 pp 195 - N°253a.
  • Sarcodon scabrosus sur Mycodb
  • Sarcodon imbricatus sur Mycodb
  • Larsson K-H, Svantesson S, Miscevic D, Kõljalg U, Larsson E (2019) Reassessment of the generic limits for Hydnellum and Sarcodon (Thelephorales, Basidiomycota) MycoKeys 54 : 31–47. https://doi.org/10.3897/mycokeys.54.35386
  • Nitare J, Ainsworth AM, Larsson E, Parfitt D, Suz LM, Svantesson S, Larsson K-H (2021). Four new species of Hydnellum (Thelephorales, Basidiomycota) with a note on Sarcodon illudens. Fungal Systematics and Evolution 7 : 233–254. doi : 10.3114/fuse.2021.07.12

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP
Informations légales : Toutes les images et tous les textes présents sur ce site Web ne peuvent être dupliqués ou utilisés sans l'autorisation de l'Association des Naturalistes des Yvelines. contact@any78.org