Site de l'association des naturalistes des Yvelines



ANY - Association des Naturalistes des Yvelines
Faire mieux connaître la Nature par des animations diverses ouvertes à tous publics :
excursions, conférences, expositions, ateliers...




Champignon de septembre 2022

Coprinopsis melanthina (Fries) Örstadius & E. Larsson 18 septembre 2022

Orage ! Ô désespoir ! Ô sècheresse ennemie !
N’ai-je donc tant vécu que pour ce manque de pluie ?
Et ne suis-je blanchi dans les travaux mycologiques
Que pour voir en un jour flétrir tant d’agarics ?

Mon bras, qu’avec respect toute l’ANY admire,
Mon bras, qui tant de fois a trouvé la morille,
Tant de fois affermi au beau milieu des bois,
Trahit donc mon panier, et ne fait rien pour moi ?

Librement inspiré du monologue de Don Diègue, dans le Cid de Corneille (Acte I, scène 4)

Oui, le temps est désespérément au sec, après un été déjà caniculaire et terriblement aride... les quelques orages d’il y a deux semaines avaient pourtant bien trempé la forêt de Marly, mais le retour du soleil et le vent du nord auront bien vite évaporé cette eau du ciel si longtemps attendue et en même temps nos espoirs de récolte abondante. La terre est sèche mais certains talus sont encore bien humides, condition propice aux champignons s’il en est. En ce dimanche 18 septembre, armés de courage et débordants d’espoir, nous voila partis explorer les environs boisés de l’Etang-la-Ville, coté Gare de Saint-Nom-La-Bretèche, dans l’idée de préparer la sortie mycologique du 02 Octobre.

Après quelques centaines de mètres à peine, en contrebas du Chemin des Closeaux, s’offre à nous un spectacle encourageant : un premier bouquet de champignons, poussant sur des branches de bois mort. Ce bouquet est étonnant : le chapeau des plus gros exemplaires est plutôt clair, dans les tons beiges. Les plus jeunes champignons un peu plus loin ont eux un chapeau brun-gris plutôt foncé, gris souris, faisant penser de prime abord qu’on aurait ici deux espèces différentes. Mais après un rapide examen, la conclusion s’impose : il s’agit bien d’une seule espèce. Diantre, tout cela est intéressant !

On écarte les herbes et brindilles mortes, on dispose quelques champignons trouvés alentours pour la photo, et hop : premier cliché pour immortaliser la découverte.

Coprinopsis melanthina (Fries) Örstadius & E. Larsson

On passe ensuite à l’observation pour donner un genre à ce champignon, car il n’y a là rien d’évident. Les lames paraissent roses, un peu brunes, comme un vieux Pluteus un peu sec. Un Pluteus, pourquoi pas, mais lequel ? On en restera là le temps de la balade.

De retour au camp de base, devant un rafraichissement bien mérité, Etienne, notre président, est traversé d’un rai de lumière, un trait de génie mycologique dont il a le secret : « ça me rappelle quelque chose... ce doit être Psathyrella melanthina ! ». Vérification faite aussitôt sur notre guide de référence (Le Guide des champignons de G. Eyssartier et P. Roux) : tout correspond, si ce n’est que bien entendu, le champignon a changé de genre et est passé de Psathyrella à Coprinopsis.
A noter que ce champignon est indiqué comme étant rare dans le sus-dit guide. Une vérification dans l’inventaire mycologique de l’ANY nous apprend que seulement 2 récoltes ont été effectuées ces 40 dernières années dans les Yvelines, l’une en Foret de Saint Germain à la gare d’Achères le 20/09/2015 et l’autre en Forêt de Marly au Lycée Agricole à Chambourcy le 25/10/2019. Il s’agit donc bien d’une rareté. Délectons nous alors de ce spectacle car il est rarissime !

Coprinopsis melanthina, jeune exemplaire brun-gris
Coprinopsis melanthina, exemplaire mature, dans les tons beige

Avant de passer à la description, faisons un détour par l’étymologie qui nous indique ceci : melanthina, du grec melas = noir + anthos = fleur + suffixe -ina = ressemblant à. Qui ressemble à une fleur noire. Bon, ça ne marche pas à tous les coups...

Chapeau
Chapeau 3 à 5 cm de diamètre, gris feutré devenant beige, à mèches plus foncées (comme un tricholome gris), strié au bord avec l’âge, sombre au disque, non hygrophane.

Pied
Cylindrique, 9x0,5cm, blanchâtre à base feutrée blanche, finement méchuleux (de mèches concolores au chapeau) surtout vers le bas.

Lames
Lames gris rose (comme un plutée) devenant brunâtre pâle.

Odeur
Aucune.

Sporée
Non observée mais donnée pour brun-olive à chocolat clair, très pâle pour une psathyrelle.

Spores
Elliptiques, presque transparentes, sans pore germinatif. Taille des spores : 10-12x5.5-7µm, moyenne 11 x 6,2 μm

Habitat
Donné pour sol humide riche en débris organiques, trouvé ici exclusivement sur branches mortes au sol. En forêt humide de feuillus.

Comestibilité
Non comestible (sans intérêt)

Références

  • EYSSARTIER G., ROUX P., 2018 - Le guide des champignons France et Europe. Ed. BELIN, 4e édition, p. 936.
  • LAESSOE T., PETERSEN J.H., 2020 - Les Champignons d’Europe tempérée - Ed. Biotope, Tome 1 p 563.
  • ROUX P., 2006 - 1001 Champignons. Ed. Roux, p 1087. (très jolie photo de C. melanthina dans cet ouvrage)
  • BRESSON Y. 1996 - Dictionnaire étymologique des noms scientifiques de champignons - Edition Association Mycologique d’Aix-en-Provence.
  • Coprinopsis melanthina sur Mycodb

info portfolio

Coprinopsis melanthina, petites mèches sur le chapeau