Champignon de Mars 2021

Trametes hirsuta - Tramète hirsute

par Frédéric Della Giusta

Le mois de Mars est comme le mois de Février : avare en champignons. Le champignon roi de ce mois est la très attendue Pézize des cèdres (Geopora sumneriana), qui avait fait l’objet du champignon de Février 2020, le 29 Février 2020, sur le fil !
L’hiver ayant été particulièrement froid, ces Geopora se sont faits attendre et n’atteignent le pic de leur "floraison" que vers le 15-20 Mars, soit trois bonnes semaines plus tard que l’an dernier. Peut-être pour la même raison, ou pour les raisons obscures qui font qu’il y a des années à champignons et des années sans, j’ai constaté qu’il n’y en avait aucun sur l’Etang-la-Ville, sous les cèdres bleus (Cèdre de l’Atlas, Cedrus atlantica) où je les trouve habituellement... En revanche, la Villa de Chèvreloup au Chesnay-Roquencourt tient ses promesses et nous offre de jolis parterres de Geopora, bien que leur densité à cet endroit soit environ 5 fois moindre que l’année dernière.

De son coté, la forêt de Marly nous gratifie de quelques champignons intéressants bien que rares ; rares car il faut bien chercher à cette époque de l’année, mais pas rare dans l’absolu car il ne s’agit ici que de champignons communs, presque du "tout venant".
Parmi les trouvailles de ces derniers jours, j’ai relevé :

  • la Pézize veinée, ou Oreille de cochon (Disciotis venosa), à l’odeur typique d’eau de Javel (ou de solution de Daquin, c’est selon). On la nomme "mère des morilles" car elle les annonce avec 15 jours d’avance. De nombreux guides indiquent que les morilles pousseraient au même endroit. Pour la deuxième année consécutive, j’essaie vainement de vérifier cette règle qui n’en est visiblement pas une. Dommage !
  • le Pleurote en huitre (Pleurotus ostreatus), aux délicates effluves qui font de suite songer à un accompagnement de viande en sauce... Pas en assez grand nombre pour intéresser la casserole cependant, et déjà quelque peu "passées". Re-dommage ! Il est toutefois intéressant de noter qu’on l’a trouvé au printemps : Sur les 50 observations de l’ANY ces 40 dernières années, c’est le premier relevé fait en Mars, les autres concernant principalement les mois d’Octobre à Janvier.
  • le Coprin domestique (Coprinellus domesticus), qui ressemble à s’y méprendre au Coprin micacé (Coprinellus micaceus) quand ils sont jeunes, mais il s’en distingue facilement au microscope. Le premier à en effet des spores "en mitre d’évêque", là ou le second a des spores en "haricot" vues de profil. Intéressant ! Notons également la présence d’ozonium (filaments brun-roux semblables à un tapis de mousse) au pied de C. domesticus, particularité qu’on ne retrouve pas chez C. micaceus. Mais ce caractère n’est pas toujours présent, on ne s’y fiera donc pas.
  • le tramète hirsute (Trametes hirsuta), qu’on croise souvent car comme de nombreux polypores, sa texture coriace une fois sec lui permet de ’tenir’ longtemps. Comme on le pense commun (d’ailleurs il l’est), on le méprise, et on oublie de le mettre en avant à l’occasion. Injustice réparée, le voici promu au rang de Champignon de Mars 2021 !
Trametes hirsuta
Trametes hirsuta - vue de dessous (pores)

Chapeau
De taille moyenne d’environ 10 cm, pouvant atteindre exceptionnellement 18 cm, les exemplaires cueillis ici sont de taille modeste, entre 50 à 70 mm de largeur pour une saillie de 2,5 à 3,5 cm. Environ 8 mm d’épaisseur à l’endroit ou il s’accroche à son support, pour 3 mm au bord.
Zoné, c’est à dire présentant des arcs de cercles concentriques de différentes couleurs allant du beige jaunâtre au blanc, une grande portion centrale couverte d’algues qui lui donnent cette couleur verte. Couvert de poils hirsutes de 1 à 2 mm de long, d’où son nom.

Pores
Les pores sont petits et ronds, quelque peu anguleux à la loupe, au nombre de 3 à 4 par mm. Blancs quand le champignon est jeune, ils deviennent gris avec l’âge.

Chair
Blanche, virant au rose au sulfate de fer (FeSO4).

Odeur
Jeune, il dégage une odeur de fromage frais à croute blanche, type brie ou Caprice des Dieux, avec une note fugace mais perceptible d’anis. Plus âgé, l’odeur est bien moins agréable, plus forte, acidulée, difficile à caractériser.

Sporée
Blanche.

Spores
Elliptiques à subcylindracées, hyalines, lisses
6 x 2,5 micromètres.

Confusions
Deux champignons ressemblent à s’y méprendre - de loin tout de même - au Tramète hirsute. Cependant, une bonne paire de lunettes permet de faire la distinction aisément.

  • le Tramète bossu ou Tramète gibbeux (Trametes gibbosa). Les consoles arrondies présentent ces mêmes zones concentriques, verte au centre et blanche au bord ; cependant, point ou très peu de poils à la surface. Ce champignon est presque aussi glabre que son cousin est hirsute, ou plutôt, il est "feutré" ou "velouté". Et comme son nom le laisse penser, il porte souvent des excroissances noduleuses en son centre. La différence la plus évidente, on la trouvera sur la face inférieure du champignon : le Tramète bossu affiche de longs pores rectangulaires.
  • le Lenzite du bouleau (Lenzites betulinus). La face supérieure du champignon est cette fois très similaire, zonée et hirsute (ou légèrement moins, puisqu’on préfère dire tomenteux plutôt qu’hirsute), dans les mêmes tons de couleur. La véritable différence se fera encore une fois sur la face inférieure : le Lenzite du bouleau présente ce qui s’apparente à des lames.

Quelques photos mises dans le portfolio aideront à fixer les idées.

Références

  • RIVOIRE B., 2020 - Polypore de France et d’Europe. Ed. MYCOPOLYDEV, pp 819 à 821.
  • EYSSARTIER G., ROUX P., 2018 - Le guide des champignons France et Europe. Ed. BELIN, 4e édition.
  • Trametes hirsuta sur Mycodb
  • Trametes gibbosa sur Mycodb
  • Lenzites betulinus sur Mycodb
  • ChampYves : hommage particulier à ce site qui est remarquable à bien des égards.

info portfolio

Trametes gibbosa à gauche - Trametes hirsuta à droite Pores circulaires et fin de Trametes hirsuta Pores allongés de Trametes gibbosa Lenzites betulinus - Lenzite du bouleau, avec ses lames Trametes hirsuta - rosissement de la chair au sulfate de fer Disciotis venosa - Oreille de cochon Pleurotus ostreatus - Pleurote en Huitre Coprinellus domesticus - Coprin domestique Coprinellus domesticus avec son tapis brun-roux d'ozonium

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP
Informations légales : Toutes les images et tous les textes présents sur ce site Web ne peuvent être dupliqués ou utilisés sans l'autorisation de l'Association des Naturalistes des Yvelines. contact@any78.org