Conférence du 16 mars 2019 "les zones humides d’eaux douces"

importance, évolution et principales plantes associées

Michel Nicolle, spécialiste des végétaux des zones humides d’eaux douces présente une conférence sur ce thème à Versailles.

Présentation Conférence "Zones humides"

Pré Pollet

Les zones humides, définies entre autres, par la convention de RAMSAR (du nom de la ville de Ramsar en Iran) et par la loi de 1992, ont perdu 64% de leur superficie depuis l’année 1900. Sachant qu’elles renferment 1/3 du nombre total d’espèces protégées en France (389 plantes et animaux) elles occupent une place privilégiée au sein de la biodiversité.

Que ce soit les étangs, les mares, les mégaphorbiaies, les prairies humides, les tourbières, les mouillères et bien d’autres zones humides, il faut rappeler que ce sont des milieux en perpétuelle évolution. C’est dire que s’il faut les protéger, il faut aussi les gérer convenablement pour éviter qu’ils évoluent vers une disparition par comblement et fermeture.

La configuration de ces milieux a un impact très important sur la biodiversité. En prenant l’exemple des étangs et des mares (beaucoup de mares sont maintenant réhabilitées voire même créées), les berges doivent être en pente douce afin de favoriser la germination de plantes inféodées aux vases exondées en été. Elles contribuent ainsi au maintien et au développement de cette biodiversité.

Il faut enfin ne pas oublier que la protection des milieux humides doit beaucoup à l’ornithologie. C’est très souvent, en effet, par rapport à l’avifaune qu’un très grand nombre de sites ont été reconnus comme réserves et ont été classés. Par la suite, ils se sont enrichis de la protection d’espèces botaniques rares ou très rares.

Cette conférence, tout en insistant sur la nécessité de préserver et réhabiliter les zones humides, montre aussi l’évolution de ces milieux au cours du temps. Elles ont été, bien souvent, forgés à un moment donné par la main de l’homme, si bien qu’il est difficile de parler d’une sauvegarde ou d’un retour de ces milieux à leur état originel.

Comme il est dit en conclusion, "Il paraît plus essentiel de convoquer l’avenir plutôt que le passé pour savoir comment les espaces humides peuvent répondre en terme social, économique et environnemental aux besoins de notre temps".

Les sorties inscrites dans le programme des activités de l’ANY nous permettront de visiter plusieurs des zones citées : Maincourt, Le peuple de l’herbe, St-Cucufa….

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP
Informations légales : Toutes les images et tous les textes présents sur ce site Web ne peuvent être dupliqués ou utilisés sans l'autorisation de l'Association des Naturalistes des Yvelines. contact@any78.org