Compte rendu de l’exposé Fossiles du Cénozoïque

du 13 février 2016 à Versailles

Présentation :
- Les 5 points : des notions générales au recentrage vers les coquilles du Bassin de Paris.
- Confusions fréquentes entre paléontologie et archéologie ; étage Lutétien seul connu ; fossiles seulement conservés dans la pierre.

Fossiles du Cénozoïque

POINT n°1 : Les étages géologiques du Cénozoîque (ou ère tertiaire)
Distribution de bandes colorées présentant les étages et de la carte géologique de la France en miniature
Etages géologiques = universalité des noms proposés et noms locaux possibles seulement pour la région concernée (ex : Stampien pour le bassin de Paris)
Notion de stratotype : choix d’une coupe naturelle représentative de l’étage.
Echelle des temps fossilifères du BRGM.

POINT n°2 : Régions fossilifères de France et en particulier dans le Bassin de Paris
Carte géologiquede la France édition n°5 sous la direction de Jean GOGUEL, un grand nom de la géologie
Carte géologique de Versailles au 1 /50000è : « des fossiles à Versailles ».

POINT n°3 : les sites fossilifères du Bassin de Paris (BP)
Le BP, un grand bassinsédimentaire (1/3 du territoire !)
Les sites et leur devenir : carrières, travaux temporaires, propriétaires de terrains autorisant les recherches.
Disparitions par remblaiements, dépôts sauvages, protections, réserves géologiques…
Le point sur un gisement mondialement connu pour sa richesse en fossiles (+ de 1000 espèces découvertes) : Thiverval- Grignon (78). Les menaces qui pèsent sur ce site.

POINT n° 4 : Généralités sur les restes fossilifères
Présentation des différents organismes découverts dans le Cénozoïque, sous forme de fiches.
Dans le BP : les grands noms de la paléoconchyliologie (étude des coquilles fossiles) : Lamarck, Deshayes, Cossmann.

POINT n°5 : les coquilles fossiles du BP déposées lors des transgressions et retraits des mers du tertiaire depuis le Danien (-66M d’années) jusqu’à l’Oligocène (-28 M d’années)
Notion de systématique et de taxonomie : description et dénomination des fossiles à l’aide d’exemples
Possibilité de retrouver les motifs colorés des coquilles fossiles.

CONCLUSIONS :
Intérêts de la recherche-passion : contact avec la nature, activité physique, recherche en bibliothèque, contacts avec des chercheurs et des propriétaires de terrain, échanges de fossiles, rédaction d’articles et… AMITIE.
Présentation d’ouvrages récents.
Distribution de quelques fossiles aux participants.

ANNEXE  : coquilles exposées représentatives des étages dans le BP et ailleurs
Danien : moule interne de Campanile (site de Vigny)
Thanétien : Cucullaea (bivalve) région de Beauvais
Yprésien (= Cuisien) Vicetia (grosse « porcelaine ») de la région de Pau.
Lutétien : moulage de Gisortia (grosse » porcelaine »), Campanile giganteum (coquille conservée et moule interne), Venericor planicosta, Crassatella ponderosa
Bartonien : Athleta strombiformis
Rupélien (= Stampien) Ampullinopsis crassatina (gros » escargot » marin)
Miocène : Cornulina cornuta, Crassostrea crassissima.
Beau Murex blanc : Siratus alabaster, illustrant la non coloration de certains coquillages actuels.
« Porcelaine » actuelle : Cypraea tigris.

Daniel LEDON, attaché honoraire au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, département des invertébrés fossiles.
Courriel : dnledon@yahoo.fr ; pour avoir plus de renseignements ou pour fournir des infos sur des sites ou des affleurements (travaux, labours...) de leur connaissance.

Photos :
- 1 Vicetia hantkeni (Lefèvre, 1878) - Hauteur : 14cm Yprésien de la région de Pau (moulage)
- 2 Ostrea crassissima Lamarck, 1819 - Longueur : 33cm Miocène de l’Hérault.
- 3 Campanile giganteum (Lamarck, 1804) - H : 53cm Lutétien de la région d’Epernay
- 4 Athleta strombiformis (Deshayes,1835) - H : 12cm Bartonien du Bassin de Paris
- 5 Gisortia : grosse Ovule très rare du Lutétien du Bassin de Paris (moulage)

NB :
- En sciences naturelles, les noms sont toujours indiqués en italique.
- Quand le genre a changé le nom du créateur de l’espèce est mis entre parenthèses (n° 1,3,4), non dans le cas contraire (n°2)
- Quand une espèce a déjà été nommée, c’est toujours le nom le plus ancien qui prime, mais zoologie et botanique sont différenciées. Par exemple, si un genre de plante et un genre animal sont identiques, la règle de priorité n’est pas appliquée.

info portfolio

1 Vicetia hantkeni 2 Ostrea crassissima 3 Campanile giganteum 4 Athleta strombiformis 5 Gisortia combii 6 Echelle des temps fossilifères 7 Galeodea nodosa 8 Exposition

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP
Informations légales : Toutes les images et tous les textes présents sur ce site Web ne peuvent être dupliqués ou utilisés sans l'autorisation de l'Association des Naturalistes des Yvelines. contact@any78.org